Trop peu de temps

Nous voilà de retour, soulagés.

Tu te portes bien, et mes soucis ne t’entraînent pour le moment, pas de complication.

Il nous reste une vingtaine de jours en théorie avant que nos cœurs et nos corps se séparent. Et ça me fait tout drôle de savoir que bientôt je t’aurais dans mes bras, sur ma peau, que je caresserais tes petites mains, tes longs doigts tout fins, tes cheveux .. Je ne réalise pas que l’on est à la fin de nous. Tout ça est passé trop vite, bien trop vite.

Alors comme nous sommes dans les derniers jours, hier nous en avons profité de la visite de notre sage-femme pour contrôler que je sois bien, pour discuter de ton arrivée, envisager tout les cas de figure face à l’accouchement. Je suis un peu plus anxieuse parce que tu seras mon troisième bébé, et que pour chaque bébé, j’ai, à chaque fois mis moins de temps que pour le précédent. J’ai la peur de ne pas avoir le temps d’arriver à l’hôpital. Pour minie en 6h c’était plié, pour filou, en 3h30/4h alors là je me demande ce que ça va être. J’avoue que ça m’angoisse un peu. Alors on envisage tout, on réfléchit à toutes les situations et on essaie de s’y préparer au mieux.

Tout est prêt pour toi, tes affaires, ton lit, ton couffin et tout ces équipements que j’ai pris plaisir à t’acheter.

Les valises sont dans l’entrée.

Je suis partagée. Très partagée. J’aimerais, d’un côté, te garder là, au creux de moi encore un moment, rien que pour moi. Et puis de l’autre j’ai trop envie que notre rencontre devienne réelle, allaiter à nouveau et sentir le bébé neuf. C’est dingue, on ne se connait pas encore tout à fait et, tu es déjà l’amour de ma vie, ma raison de vivre.

Je crois qu’il ne reste plus qu’à attendre que tu te décides à venir nous rencontrer….

Je t’aime mon amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + quinze =