Voilà, c'est papa qui a versé sa larme pour le fiston. Moi j'ai essayé de ne pas le regarder assis sur sa chaise dans la classe je lui ai fait un rapide coucou il a couru pour un dernier calin rapide et il est reparti, son papa lui etait tout chamallow. Il a tellement grandit des mois a parler mieux, sans couches, a savoir ce qu'il veut, a avoir un caractère bien a lui et a être un vrai petit garçon. On a hate de le récupérer déjà, et de le garder avec nous cet aprèm ♥ ma grande elle rien a battre elle a été dans sa classe heureuse comme tout ♥ 📷 – © Liinekhally – Elegant-Story.com #Bebe #2018 #Photographer #mum #Team2018 #Joy #Happiness #MumofThree #Family #mars2018 #marsette #avrilette #avril #avril2015 #avril2012 #famillenombreuse #team2018 #team2012 #team2015 #bebe2012 #bebe2015 #bebe2018 #motherhood #totallookh&m

A post shared by _ℓιιηєкннαℓℓу_ (@_liinekhhally_) on

 

Tout s’était pourtant ben passé la veille.

Il avait accroché son sac, mit ses chaussons, rangé ses baskets sous le banc puis il avait été en classe. C’est vrai qu’au moment de rentré il avait fait demi tour pour nous refaire un câlin, mais après il a été s’asseoir, il été tourné vers nous et affiché un visage mi angoissé mi content. Je n’y ai pas prêté attention, je savais que si je m’attardais j’allais a un moment versé une larme. Son papa lui l’a vu ce regard d’angoisse, il s’y ai attardé dessus, et il est sorti de l’école le coeur très gros les yeux rouges et l’envie de pleurer tellement ca prend aux tripes. C’est notre fils. Notre petit protégé. Celui qu’on a faillit perdre, qui s’en ai sorti, et le seul garçon surtout. C’est notre petit prince, notre bébé encore mais un vrai petit garçon aux yeux des gens, aux yeux des autres.

Ce matin, mon petit garçon, lui, il s’est levé les yeux humide, en larmes. Il s’est preparé en pleurant toujours, il a pris son petit dejeuner en pleurant aussi. On s’est préparé, il a pleuré en entendant mon réveil sonné. Et puis je lui ai demandé ce qu’il se passait, il m’a dit qu’il n’était pas content. J’ai essayé de comprendre pourquoi et je lui ai expliqué que l’école etait importante. Et puis je me suis dessiné un coeur sur le poignet et je lui ai a son tour dessiné un coeur sur le poignet, je lui ai dit que c’était une partie de moi qui était avec lui maintenant et qu’il n’etait pas tout seul à l’école, que je serais a travers ce petit coeur là avec lui. Il m’a fait un énorme câlin. On a pris le chemin de l’école, et sur la route il m’a répété qu’il n’était pas content. Et puis première épreuve, passer le portail de l’école. j’ai senti quelque chose que je n’avais jamais ressenti jusqu’à ce moment. Puis nouvel épreuve, passer, la porte de l’école. Alors je lui ai proposé de retarder un peu et d’enmener minie avec moi dans sa classe avant d’aller à la sienne. Ce qu’il a accepté. Et puis une fois fait, il a fallu passé le couloir qui mène jusqu’à sa classe. Et ca a été tout un truc, alors je lui ai proposé d’appeler papa un peu pour faire un bisous et entendre ses je t’aime. Il a dit a son papa qu’il était fatigué, qu’il ne voulait donc pas y aller. Son papa lui a expliqué que cet aprem’ je reviendrais le chercher et qu’il pourrait faire dodo avec moi. Il n’a plus voulu parlé. Il est resté muet et n’a plus répondu a son papa. Et puis nous voilà direction la classe il me suivait de loin, il est venu devant mois’est assis. puis une vraie galère de lui faire mettre les chaussons. Il me serrait très fort dans ses bras, en pleurant toujours. mon coeur était en miette mais je n’avais pas le droit de craquer devant lui. Alors j’ai tenu bon, comme je le fais si bien. Puis je lui ai redit et répéter combien je l’aimais éperdument, et que j’allais le récupérer ensuite. Et puis devant la classe je lui ai fait un bisous en lui disant que je l’aimais, et j’ai demandé a la maîtresse de m’aider parce que la je ne pourrais pas.. L’atsem est venu l’en mener dans la classe. Je l’ai entendu hurler, mes jambes sont devenu fébrile, j’ai tourné le dos a mon fils pour pas qu’il me voit fondre en larmes. Et j’ai pleuré comme je n’avais jamais pleuré. Plus je l’entendais hurler plus mon coeur se brisait.

Alors j’ai fini par quitter l’école. Le chemin du retour j’ai appelé son papa, je lui ai raconté. Et on s’est mis à s’inquiéter tout les deux. On a pensé a lui toute la matinée.

Je ne comprends pas pourquoi il a eu cette réaction. Et enfaite je n’y avais jamais été confronté à ce genre de chose. Je me souviens de la rentrée de ma grande. Elle m’a regardé et m’a dit « Bon c’est bon maman tu peux partir maintenant » elle regardait les enfants bizarrement en mode « pourquoi il pleure celui là », elle ne nous a pas regardé elle a filé en classe. Et je crois que c’était la seule qui pleurait pour partir de l’école, elle pleurait si cetait le weekend … il n’y avait que l’école qui comptait pour elle. Alors ce matin quand mon chéri a décidé qu’il était fatigué et que non il n’irait pas à l’école ça m’a fait tout drôle. Et en ce moment je me sens faible. Je suis moralement fatiguée, je n’arrive pas à récupérer du tout. Du coup devoir gérer une détresse supplémentaire c’est dur. heureusement, sa maitresse est juste parfaite, elle le console, le caline et lui parle , elle lui pose plein de question régulièrement. Sa maîtresse m’a donc signalé quad même que c’était un enfant très angoissé. Souvent il se met seul dans un coin et puis lors des activités de groupes il se met en retrait et regarde les autres comme si c’était un monde parallèle pour lui. Elle m’a dit que du coup quand elle le sentait à l’écart souvent elle allait le voir, pour savoir comment il se sentait, et ce qu’il pensait, ce qu’il voulait faire et ce qu’il pouvait faire. Je l’avais déjà remarqué il y a quelques semaines et justement j’avais alerté mon medecin. Étrangement je m’inquiète pour lui depuis quelques semaines déjà. il fait des choses que je n’avais jamais connu avec les enfants et j’ai recours aux pompier et au Samu assez régulièrement. Il y a quelques mois, sans savoir pourquoi, et sachant qu’il ne l’avait jamais tenté, il a avalé une étoile décorative en espèce d’alu de 1,5 cm, elle est restée coincée, les pics planté dans la gorge et pris de panique il s’est donc enfoncé un mouchoir dans la bouche pensant qu’il arriverait à la sortir lui même. Il s’est mis a bourgeonner avec le stress, moi le voyant comme ça, j’ai de suite appelé les pompiers, qui ont alerté le samu en urgence. Ils sont tous arrivé en même temps la rue était blindée de VSAV et les passants curieux essayaient de voir ce qu’il se passait. Je me souviens avoir demandé aux pompier de les degager parce que c’était des gens que je n’appreciais pas du tout et qui me pourrissaient le quotidien et qui étaient curieux mais curiosité malsaine, il m’a dit que ca l’enervait aussi et leur a demandé de les laisser travailler. Je me souviens mon fils hurlait on ne s’entendait plus, il était tétanisé. Il a eu quelques soucis respiratoire lié au stress, et on a donc été transporté en urgence sirène hurlante. C’était plus pour le fun parce que mon filou lui se calmait doucement et reprenait son souffle. j’étais débrailler, mon fils à moitié nu, ma voisine avait pris ma grande en urgence et le bébé et heureusement ce jour là j’avais tiré mon lait comme si mon instinct savait.

Bref depuis je vis plein de choses un peu bizarre avec lui et je ne peux m’empêcher d’avoir des doutes, des craintes pour lui. C’est quand même le plus fragile de la famille et ce depuis qu’il est né. Pour certains je suis irrationnelle et trop protectrice, mais jusqu’à aujourd’hui je ne me suis jamais trompé à son sujet. Du coup j’attends, je regarde, j’observe, j’en ai parlé avec mon medecin, qui pense que pour le moment on ne doit pas s’alarmer, on doit patienter et voir si il y a une évolution quelle qu’elle soit.

Si vous saviez ce que je ressens. Ce sont mes tripes. Des tripes de maman qui sont en ébullition à chaque fois avec l’impression qu’on me prend pour la dernière des greluches et que les gens pensent que j’exagère constamment alors que par le passer je n’ai jamais eu tort sur mes enfants. Je les connais trop bien. Et si vous saviez comme j’ai mal à chaque fois que l’on me rend coupable d’être trop observatrice, trop ci ou trop ça .. Je n’arrive pas à l’exprimer mais ça fait mal.. trop mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 + 11 =