Lifestyle

Deux ans.

23 mars 2020

Tu as deux ans aujourd’hui. Deux années que tu es arrivée à nos côtés et que tu fais de notre vie une aventure sans limite.

Le gâteau d’anniversaire – elegant-story.com

Je me souviens le jour où tu es arrivée. J’étais hospitalisée depuis la veille, le Lundi 19. Je devais être présente à 9 heures, pour un premier monitoring et la mise en place du tampon. Tu avais déjà deux jours de retard et avec mon artère qui ne t’alimentait plus très bien il a fallut prendre une décision. Cela faisait déjà quatre jour que j’étais surveillée pour ton arrivée mais un mois et demi pour l’artère. On m’avait parlé de déclenchement à 8 mois et dans le pire des cas de césarienne afin que ta vie ne soit pas trop en danger.

Bref nous étions le 19, après l’installation du tampon, et un monitoring d’une heure suivi d’une échographie pour voir le col, on m’a installé dans une chambre. Nous avons pris nos aises, on m’a servit un petit déjeuner royal. A midi rebelote, on m’a contrôlé, monito et échographie. Puis comme il n’y avait rien a signaler on m’a servit le déjeuner. Et ca a été comme ça toute la journée les repas était rythmés par les examens médicaux.

Vers 19h, j’ai eu quelques contractions, mais rien d’alarmant. L’examen concluait que je pouvais avoir mon repas. J’ai eu mon repas, et c’était assez rigolo parce que des la première bouchée, une contraction m’a déchiré le ventre. Quand la personne est venue , mon mari toujours là, je lui ai expliqué et elle a appelé sa collègue qui est venue me donner du paracétamol codéiné. Puis j’ai eu le droit à mon petit thé, J’ai eu des contractions terrible toutes les 10 puis toute les 5 minutes puis rebelote 20 minutes pendant 2h et puis plus rien, à 22h je me suis couchée. Vers minuit je suis réveillée par une contraction très violente. Je décide d’essayer de me rendormir. Une heure plus tard je sens un truc pas très net, et je suis reveillée par une contraction si forte que je me suis cramponnée au lit. Je reveille mon mari, qui a passé la nuit avec moi et je lui dis que je crois que c’est bon elle arrive. On décide d’appeler la sage femme, et elle arrive en catastrophe. Elle me demande de me rallonger, parce que je suis là je fais les cents pas, je suis comme sur les nerfs, je n’arrive pas a m’arrêter j’ai peur que ça aille trop vite et j’ai peur pour mon bébé aussi.

Elle va se concerter avec les collègues de garde, il est presque deux heures du matin. Ils décident de me mettre sous monitoring pour voir si déjà l’activité cardiaque du bébé supporte les contractions et voir l’intervalle. Après deux séances de monitoring et de contractions dures mais gérables, Elle revient, regarde la feuille, me regarde, va voir une collègue, revient, et je sens clairement que ce qu’elle a a me dire n’est pas simple. J’éclate en sanglot. Et elle me dit qu’elle préfère me descendre en salle de naissance, parce qu’il faut que le bébé sorte, son petit coeur est trop fragile, il ne réagit pas bien alors il faut qu’on soit prêt à toute éventualité, accouchement imminent par voie basse ou césarienne d’urgence pour bébé.. elle me caresse les cheveux, me dit que ça va aller, qu’ils prennent juste des précautions mais que tout va bien se passer. Elle me propose un fauteuil je refuse je veux marcher, j’ai peur et je sais que la marche me calmera. Mon mari est la il prend les affaires de bébés, l’appareil photo, ce qui faut, les téléphones et on descend.

Les couloirs sont immenses, il faut traverser tout le bâtiment dans les couloirs sombres qui s’illuminent à nos passages. On est presque arrivé, je vois le panneau salle d’accouchement, quand soudain le sol se dérobe sous mes pieds. J’ai une contraction si forte que j’attrape mon mari je m’arrête et je lui dis que la ça ne va pas aller et boum je tombe. Je me souviens qu’il m’ait attrapé et posé au sol et que la sage femme s’est ruée sur moi très inquiète mais pas ce qui s’est passé ensuite. Je sais que J’ai réussi a me relever, elle m’a rassuré et m’a dit qu’on était devant que j’allais y arriver. Ils m’ont mis dans la première pièce à l’entrée du service. Je me souviens des sage femme, elles étaient géniales, toutes souriante , agréable et rassurante et l’anesthésiste aussi. J’étais en salle sur les coups de 4h45. Le temps qu’on m’installe , qu’on me dorlote un peu il est déjà 5h. J’ai l’impression que le temps passe à une vitesse folle. On me dit que normalement je n’accoucherais pas avant le petit déjeuner. Mais y a un truc qui s’est passé, les choses se sont accélérées et on n’a pas compris pourquoi, mon col était avancé mais pas tant que ça, il était à environ 2-3 pas plus. Les contractions accélérées mais le col toujours au même point, j’ai eu l’anesthésie qui n’a pas marché parce que le temps que ça fasse effet enfaite je suis passée à une ouverture à 8/9 .. L’anesthésiste très inquiète est restée auprès de moi, elle me caressait les cheveux et me disait qu’elle restait là près de moi que tout irait bien. Ma tension a chuté Et la ça a été la panique à bord. Une sage femme est venue m’a dit qu’elle allait me percer la poche et qu’on irait doucement au travail. L’anesthésiste s’est excusée pour le fait que la péridurale ne fonctionnait pas qu’elle ne comprenait pas.

La sage femme m’a dit expressément: « je vous perce la poche et je me prépare, on a le temps. » Elle a bien percé la poche mais j’ai senti le bébé descendre à une vitesse folle, je lui ai dit « Heuu… y a un problème ». Elle s’est retournée et j’ai senti la panique monter à nouveau .. Tout le monde me regardait et me disait de ne pas pousser. Ce que je ne faisais absolument pas mais bébé était décidé, c’était maintenant. Elles se sont toutes affolées. J’essayais de maintenir bébé de bloquer, mais trop difficile au moment ou la sage femme a tendu les bras vers moi en catastrophe …

…. Bébé est arrivé. Il était 5h34.

Nousch – Elegant-story.com

Ma fille,

Aujourd’hui, nous sommes le 20 mars, tu as donc deux ans. Avec le confinement nous n’avons pas eu l’occasion de le fêter dignement, mais on se rattrapera c’est promis. Je tenais à te dire que tu as été pour moi un souffle de renouveau. Grâce à toi j’ai pu découvrir beaucoup de choses sur moi, comme le fait que j’étais plus forte que ce que je pensais ou le fait que je pouvais aisément braver des océans pour toi et tes frère/soeur. Aujourd’hui je réalise que l’on a surmonter beaucoup de chose et que finalement ce n’était pas si difficile. Je croyais les choses insurmontable mais tu m’a appris qu’il y avait plus grave dans la vie et que tant que ça ne marchait pas il n’y avait pas de raison d’abandonner. Tu es toi même une battante. Nous avons faillit te perdre lors de tes trois semaines. Mais tu es là aujourd’hui, pour notre plus grand bonheur. Tu es l’amour de ma vie ne l’oublie jamais. On restera toujours à tes côtés, quoiqu’il arrive, c’est promis.

Je t’aime

Maman

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram
mars 2020
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Follow