Coronavirus | Lifestyle

L’après confinement, toujours en confinement.

15 mai 2020

Le déconfinement a eu lieu, et finalement nous sommes resté confiner. Parce que tout cela nous semble trop tôt. La reprise d’une vie pseudo normale, de l’école, du travail.. C’était sans compter sur les tracas qui nous poursuivent depuis quelques semaines.

Mon mari nous a fait une belle frayeur. Et j’ai besoin de revenir en détail dessus parce que je crois que beaucoup de gens sont dans mon cas, et que moi, par la suite, je me suis posée une tonne de question sur tout ce qu’il se passait finalement dans notre pays.

Tout à débuter le samedi 2 mai, cette date est un peu la date ou j’ai cru que tout tournerait au cauchemars. Dieu soit loué, ce n’était qu’une impression mais ça aurait pu être vraiment dramatique et j’aurais pu clairement finir veuve. Nous sommes donc le 2 mai, au matin, mon mari se lève et me dit qu’il ne se sent pas en forme et qu’il a mal dans l’épaule. En effet ça fait un an à peu près un an qu’il a parfois des crises comme ça, il a mal dans l’épaule et s’en suit une crise de douleur tellement violente qu’il dort quand il y arrive assis, il a du mal a respirer et suffoque. Donc avec le medecin après 4 crises en un an, à la dernière crise nous avons convenu que plutôt d’attendre nous appellerions le samu afin qu’il soit pris en charge à l’hôpital et qu’on ait tout les examens imaginables au moment de la crise puisqu’en dehors les spécialistes n’ont rien trouvé. Donc ce jour là, nous avons attendu la grande douleur. Mon mari était très fatigué, limite il a dormi toute la journée, je sentais que ça allait de plus en plus mal. J’ai fais préparer des affaires aux enfants au cas où.

Le soir, les enfants ont été se coucher comme d’habitude. J’ai couché ma dernière, je lui caressais le visage, je la bordais et d’un coup mon mari est apparu dans l’encadrement de la porte. J’avais entendu ses pas titubant légèrement dans le couloir mais je n’ai pas pensé à quoique ce soit. Quand je me suis retournée, il était pale et se tenait la poitrine, je l’ai regardé quasi tétanisée, je lui ai demandé si ça allait, il m’a répondu non que la crise avait débuté mais que c’était bizarre parce qu’il avait mal du côté du coeur cette fois et qu’il fallait que j’appelle le samu parce que c’était pas comme d’habitude. J’ai sauté sur mon téléphone, et j’ai commencé à penser douleur poitrine -> douleur bras gauche -> Malaise cardiaque. ..

Je fais préparer les enfants tout en appelant le SAMU. Et là faut se tenir, ça a été la pire prise en charge à laquelle j’ai eu droit et dieu sait qu’il y en a eu ..

On finit par me répondre. J’explique les symptômes, et je dis que j’ai très peur que ça soit grave cette fois. Je suis assez calée dans tout ce qui est médical et je ne me trompe jamais. Je leur dis qu’il suffoque en plus , il a mal quand il respire. La personne qui m’a prise en charge au téléphone, le medecin régulateur, a été un sketch à lui tout seul. Je lui explique que mon mari fait probablement une crise cardiaque au vu des symptômes et lui me répond « Lui avez vous donné du spasfon? ». Vous savez le spasfon, c’est ce médicament qui sert à rien et qui ne soulage personne, quand on a mal au ventre ou pendant nos règles .. Je m’arrête, je passe en mode psychopathe, et j’enchaîne en lui demandant si il était sérieux … Je lui dis texto que le médicament marche déjà pas pendant les règles qu’est ce qu’il voulait que ça foute pour un malaise cardiaque .. Oui quand je suis énervée j’ai des tendances à la vulgarité mais j’avais vraiment la sensation d’être prise pour une conne. Il me demande de ne pas le prendre comme ça enfaite que c’était une question légitime. Légitime en quoi ? Je n’ai jamais su. C’était le même medecin régulateur qui n’a pas jugé bon de venir quand ma fille a fait 41 degrés et qu’elle avait des hallucinations, le même contre qui mon medecin traitant avait déposé plainte pour non assistance car ma fille a risqué des séquelles à cause de lui. Je le savais quand c’est lui qui a décroché que j’allais pas rigolé.

Donc de ce fait il finit par me dire qu’il faut que je me débrouille, qu’il enverra personne. Je lui dis que je suis enceinte, j’ai trois enfants en plus, et que c’est le confinement actuellement, je risque une amende et mon mari de mourir … Il me dit qu’alors soit j’appelle sos medecin en espérant qu’ils viennent vite soit j’enmene mon mari aux urgences.. Avant de raccrocher je lui demande quand même à quoi leur service servent si même pour un malaise cardiaque ils ne se déplacent pas alors je comprends pourquoi des gens meurent à cause de leur service.. il m’a demandé de ne pas le prendre comme ça mais j’ai raccroché. J’ai raccroché les larmes et la pression qui montaient, mon mari assis, pale qui se tenait la poitrine je me disais que la j’allais passer un sale quart d’heure. J’ai fini par appelé une amie au bout de la rue, qui est de suite venue. Elle est entrée dans la maison et elle a eu un choque en voyant mon mari. Elle m’a dit par la suite qu’elle avait eu très peur vu la tête qu’il avait.

Je décide bêtement de l’amené aux urgences les plus proches et les moins remplies. Seconde erreur. Je le sais pourtant, ils ne sont bons qu’en pédiatrie, je ne sais pas ce que j’espérais. La route me paraissait interminable. Mon mari souffrait assis à côté de moi, je lui tenais la main en conduisant, je le voyais sombrer par moment. Il ne se rendait pas compte de sa tête qui basculait en avant, et moi je lui parlais non stop, je chantais, j’essayais de faire un maximum de bruit, pour lui, pour le garder avec moi.

On est arrivé. Prise en charge rapide, y avait personne. Après avoir été mise dehors, covid oblige, je dis à mon mari de m’appeler quand il sort je referais la route sans soucis. J’étais persuadée qu’il resterait en surveillance quelques heures, au moins jusqu’au matin. Je sais qu’en général une prise en charge c’est 6h environs puisque les prise de sang de contrôles sont faites toutes les quatre heures en temps normal. Et ça a été pareil avec les enfants, avec mon père.. Je rentre, je discute une heure avec mon amie avant qu’elle ne rentre, j’installe les enfants dans mon lit, le temps qu’ils s’endorment, parce qu’ils ont eu peur et ont eu un choc, Je me couche enfin. Je ferme les yeux et la mon téléphone sonne. il est exactement 1h50. Mon mari me demande de venir le chercher.. Je saute du lit. Je l’appelle je lui demande si c’est vraiment sérieux il me dit que oui. Il est resté moins de quatre heure et je crois que le pire c’est qu’ils n’ont rien cherché du tout hormis un COVID. Il vient pour une douleur à la poitrine on lui dit que c’est un covid. Je suis en pétard, je m’habille, je laisse les enfants dormir. Je préviens ma voisine que je vais à l’hôpital j’en ai pour 20 mn aller-retour avec l’autoroute. Elle veille sur la maison le temps que je suis pas là. J’arrive à l’hôpital, Mon mari suspecté covid est donc dehors, à 2h10 du matin, par 5 degrés, mon mari est là dehors il m’attend. Je me gare, Il entre dans la voiture, je suis stupéfaite. Il me dit qu’ils ont de suite dit que c’était un covid. Je lui dis que non, je ne suis pas d’accord, ce n’est pas ça. Il a sourit et m’a rappelé que c’était bien moi ça. Il m’a dit que c’était l’hôpital qu’ils en ont vu défiler plein, je lui ai répondu qu’ils en avaient surement vu trop pour décréter sans examen complémentaires que c’était forcément ça. Je lui ai rappelé que ça faisait un an qu’il avait ses crises à droite d’abord et maintenant à gauche et que je commençais sérieusement à penser que c’était pulmonaire puisqu’ils ont trouvé des soucis niveau pulmonaire.

On est rentré je n’ai pas réussi à dormir. J’ai regardé les résultats, les conclusions. Et ça ne collait pas. Les ECG présentaient tout de même des anomalies et sa tension était à 16-9. Il y avait un taux de sucre légèrement elevé, d’ailleurs la CRP aussi et plusieurs autres chose comme les globules blanc etc Les urgences ont dit à mon mari « Mais tout ce qui ne va pas débrouillez vous avec votre medecin, tout ce qui est chronique nous on s’en occupe pas »… Il a quand même fait un gros malaise, pendant sa prise en charge, ils lui ont éclaté une artère et il a vomit ses tripes… Mais si ils s’en occupent pas et n’informent pas le medecin traitant ils servent à quoi au juste ?! Donc mon mari a bien une infection, il a fait plusieurs malaise et on est dimanche matin, donc pas de medecin, on s’en occupe pas. Très bien.

Dimanche matin, j’appelle SOS medecin. Mon mari ne va pas mieux. C’est pire. SOS medecin, c’est je pense pas nécessaire d’en faire un spitch parce qu’ils n’ont pas été mieux finalement. Pour la personne au téléphone c’était en effet quelque chose a creusé, mais la personne qui est venue n’a rien écouté et n’a pas arrêté de me parler de mes angoisses et mes peurs. Je lui ai dis que non c’était eux qui me frustraient parce que je le disais, je le soutenais ce n’était pas un covid. Je lui ai expliqué que ça faisait déjà un an qu’il traînait ça, et que le covid n’avait rien avoir avec ça… J’étais qu’une frustrée. Avant de partir le medecin me dit qu’il ne s’avance pas, qu’il me comprenait, que je peux avoir raison mais que si jamais ça empire je pouvais rappelé on serait pris en prioritaire cette fois. Saturation à 98 à ce moment là, il a trouvé que ça justifiait largement le fait qu’il ne soit pas pris en charge..

Je laisse passé, je suis enceinte, 48h que je n’ai pas dormi quasiment, je suis crevée, énervée et je me sens en dessous de tout. Je décide d’attendre le Lundi et d’appeler mon propre medecin, il saura m’entendre.

Lundi matin, 8h. J’appelle mon medecin je lui explique tout, il décide de passer en urgence. Il est assez affolé par l’histoire et le fait qu’il ne soit toujours pas traité alors qu’il y a bien une infection au vu des résultats.

Il vient, il regarde, il ausculte. On discute des résultats. Je lui dis que je sais qu’il peut avoir un éventuel covid, je n’ai jamais dit qu’on était invincible, mais que là ce n’est pas ça. Entre temps le test est revenu négatif d’ailleurs. Il m’écoute, me comprend. Il prend en compte les résultats, ce que je lui dis et il me dit qu’il va le mettre sous traitement. Sa tension explose les compteurs et la fièvre n’est présente qu’à la crise de douleur. Il m’a dit ça peut être un covid c’est vrai mais c’est bizarre, il n’a vu aucun truc comme ça chez ses patients et ceux de ses confrères. Sachant que j’avais des doutes sur le test qui a été fait parce que selon les dire de mon mari ils ne se sont pas foulé, Il me propose un nouveau test covid PCR pour confirmer le premier quelques jours plus tard et un traitement anti-viral et anti-infectieux suivi d’un hypotenseur afin de réguler sa tension quelques temps. en outre on doit le surveiller parce que sa saturation chute de plus en plus..

On refait le test, il est fait vraiment correctement et très différemment de la première fois. Le test revient le lendemain NEGATIF. Encore.

Mon medecin revient à la maison, on en discute, il regarde à nouveau tout et je lui expose un peu mes craintes. Et ce que je pense, On se croirait dans Dr House ^_^ On discute des symptômes il me dit qu’en effet si il a pas de COVID y a quand même un problème aux poumons, pour ça j’ai raison, il ne fume pas il n’a que 32 ans, alors faut qu’on voit, faut qu’on contrôle, il a toujours une saturation médiocre, et un poumon fermé ainsi que des battements cardiaques très élévés. Il décide de nous redirigé vers des spécialistes cardio et pneumo. Il prescrit quand même une Sérologie Covid cette fois.

Après tout ça, il doit limité les efforts, se reposer. Et au moindre signes alarmant on doit appelé notre medecin. On surveille la sat, les bpm, et la tension (j’ai investi et j’ai tout chez moi, de part mes soucis de santé c’était nécessaire). Il est vite essoufflé mais il va mieux.

Dans tout ça, la prise en charge je la juge catastrophique. Mon mari aurait pu avoir n’importe quoi on aurait dit que c’est un covid quoiqu’il arrive. Et ce n’est pas le premier à qui ont fait ça. Après avoir mis mon témoignage en ligne j’ai eu des retours. Un nombre de gens incalculable sont retourné chez eux avec comme diagnostique un covid mais ce n’était pas ça. Que l’on manque de moyen dans les hôpitaux c’est une chose. Qu’on ne veuille pas hospitaliser pour n’importe quoi c’est une chose aussi, mais qu’on s’accroche à un diagnostique par ce que j’appelle de la « Facilité » et qu’on traite les gens comme des fous quand ils refusent le diagnostique, et qu’on refuse de se déplacer pour un possible malaise cardiaque, même si on est surchargé , je trouve ça intolérable.

Mes enfants sont traumatisés. Il m’ont vu rentré sans leur père et les médecins n’ont eu de cesse de répéter covid. Mes enfants ont passé 2 semaines à me demander si leur papa allait mourir. Vous vous rendez comptes des séquelles psychologiques que ça laisse ce genre de chose? Ma fille de deux ans cauchemarde et nous fait des crises de folies chaque soir exactement à l’heure ou j’ai amené son papa aux urgences. Le medecin a du la mettre sous traitements parce qu’elle ne dort plus correctement et réclame son papa chaque nuit. Je ne dors quasi plus, je surveille mon mari. Je crois même que je l’énerve parfois ^_^

Mais il faut que les gens prennent conscience. Imaginez le nombre de personne qui ont des pathologies non détectées parce qu’on leur dit « C’est le COVID » alors que non ce n’est pas ça, Imaginez le nombre de personne qui sont morte parce qu’on a traité le covid et qu’on a pas cherché plus loin, Imaginez le nombre de personne qui meurt chez elles, parce qu’elles sont seules et n’ont pas les moyens de se déplacer qu’on les renvoient et pour qui enfaite c’est sous évalué, mal évalué … En temps normal il y a déjà beaucoup d’erreur, avec cette crise on devrait être susceptible de faire le boulot encore plus consciencieusement.. Non ? Il en va de nos vies à tous. Je ne sais pas. Cette crise me laisse un gout amer quand a tout ce que les médias racontent, ils se contredisent d’un jour à l’autre, le système hospitalier , à certains endroits, est encore pire qu’avant, et à nous on demande de faire confiance. J’aurais pu finir veuve, mes enfants orphelins si ça avait été quelque chose de très grave et que personne ne m’avait pris au sérieux. Ça me fait réfléchir maintenant, surtout quand je lis chaque jour des témoignages de personne ayant vécu la même chose, ou de personne dont les proches ont vécu cela et sont décédés. En plus, ils ont attendu des mois et des mois avant de distribuer des masques et protéger les population, ils déconfinent mais n’ont pas distribué encore les masques comme il faut et à tout le monde.. Il n’y a pas de logique finalement..

J’aimerais que tout ça se finisse. Me réveiller un matin, qu’on me dise que ca y est c’est bon on est sauvé. Mais au rythme ou ça va.. C’est de pire en pire. Et avec le déconfinement ça va encore empiré. Je peux me tromper mais au vu de ce qu’on a vécu je ne pense pas. ..

Portez vous bien, surtout, Soyez prudent encore plus…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Continue Reading